Des nouveaux horizons pour l’urbanisation et la planification du développement en Afrique

Printer-friendly version

Yaoundé, 9 juin 2016 (CEA) – Au cours d’un dialogue politique de haut niveau plutôt porteur qui s’est achevé aujourd’hui à Yaoundé, près de 40 hauts cadres d’Etat en charge de la planification venus de toute l’Afrique se sont accordés sur le fait que l’urbanisation doit être intégrée dans la planification du développement en raison de sa capacité à stimuler la croissance, à améliorer les conditions de vie et à accélérer la transformation structurelle.

Le dialogue d’une durée de trois jours qui constitue la quatrième session d’une initiative continentale de la CEA en faveur de la mise en cohérence des politiques en Afrique a servi de plateforme d’échange d’expériences  aux pays suite au constat de la triste réalité qu’ils ne peuvent pas atteindre l’émergence s’ils continuent de négliger l’urbanisation dans leur planification du développement. Au Nigéria par exemple, où l’enjeu est celui d’une croissance rapide de la population et d’une urbanisation rapide, les planificateurs présents au dialogue ont affirmé qu’ils ont pour ambition de créer des pôles industriels et de renforcer les partenariats public-privé. Quant au Burundi, l’urbanisation rapide exerce une pression sur les terres réservées à l’agriculture alors que l’Egypte fait face aux difficultés liées à son cadre juridique, une planification peu décentralisée et une faible prestation des services entre autres. Les responsables camerounais qui ont participé au dialogue ont affirmé que l’urbanisation est déjà intégrée dans leur cadre national de développement même s’il est nécessaire d’en faire un enjeu trans-sectoriel.   

Le Kenya et l’Afrique du Sud devront servir de modèle en la matière. Selon les experts, le Kenya a déjà intégré l’urbanisation dans sa vision de développement à l’horizon 2030, mais devrait s’attaquer au problème du chômage des jeunes dans les zones d’habitat spontané. L’Afrique du Sud a élaboré son cadre de Développement Urbain Intégré (IUDF) et devrait seulement s’investir à sa mise en œuvre.

Au vu de ces problèmes, les planificateurs ont réfléchi sur les voies et moyens permettant au continent de remédier à la situation. Ils ont surtout proposé que les décideurs et les responsables des orientations politiques recourent à l’information géo-spatiale pour identifier les enjeux et les opportunités de l’urbanisation.

Les planificateurs ont également souligné la nécessité d’améliorer la connectivité des zones urbaines avec les zones rurales ainsi qu’avec les sphères régionales et mondiales afin d’attirer des investissements d’autant plus qu’une meilleure connectivité s’accompagne d’une plus grande intégration et coopération régionale qui, selon eux, sont indispensables pour des infrastructures partagées tel que la fourniture d’énergie ainsi que pour la croissance en général.   

Ils ont indiqué qu’au vu de son caractère transversal, l’urbanisation requiert une planification au niveau national indispensable à l’efficacité de la coordination intersectorielle. Ils en ont également appelé aux pays africains à produire des données plus fiables et à mettre en place des institutions nationales de planification solides et efficaces jouissant d’une légitimité politique.

 A la fin des discussions, M. Sylvain Boko, Conseiller régional principal auprès de la Division du Renforcement des Capacités (CEA) a résumé les points soulevés au cours du Dialogue Politique et les possibles actions concrètes, y compris un appel aux pays africains pour exploiter les opportunités et minimiser les externalités négatives de l'urbanisation.

Par ailleurs, des appels pressant ont été adressés à la CEA pour l’inviter à apporter un appui supplémentaire permettant aux pays africains membres d’intégrer l’urbanisation dans la planification du développement à travers l’élaboration des outils, des méthodologies et des indicateurs qui peuvent leur être d’une utilité pratique.

-FIN-

 

Publié par:
Commission Economique pour l’Afrique (CEA) 

BP 3001
Addis-Abeba
Ethiopie
Tél: +251 11 551 5826
E-mail: ecainfo@uneca.org

 

Contact du Bureau Sous-Régional pour l’Afrique centrale  

BP 14935 Yaoundé, Cameroun

Tél: +237 2 22231461

E-mail: sroca@uneca.org