La Conférence Africaine des think-tanks entame ses travaux à Marrakech

Printer-friendly version

Marrakech, 3 mai 2016 : L’OCP Policy Center, la Commission Economique pour l’Afrique et le Programme TTCSP de l’Université de Pennsylvanie (Think Tanks and Civil Societies Program) ont procédé lundi 2 mai à Marrakech (Maroc) au lancement de la 3ème Conférence africaine des think-tanks, sous le thème « Vers un avenir durable et sûr pour les populations et les institutions d’Afrique ».

Pendant trois jours, plus de 100 participants venus de plus de 40 pays se pencheront sur les modalités d’intervention des think-tanks africains dans la transformation du continent, et leur participation à la construction d’un avenir sûr, prospère et durable pour toutes les régions d’Afrique.

Parmi les thématiques qui seront abordées figurent l’application des objectifs de développement durable, les préparatifs pour la COP22 ou encore les efforts en cours pour introduire la Zone de Libre Echange Continentale africaine (ZLEC - CFTA).

« Cette rencontre est la troisième et la plus importante réunion de think-tanks organisée en Afrique. Elle permettra le développement de stratégies et de partenariats spécifiques avec d’autres think-tanks et gouvernements à travers le continent en vue de mettre en place des stratégies pour des institutions durables, au service des sociétés civiles et des gouvernements à travers le continent », a souligné James Mc Gann, Directeur du TTCSP.

La rencontre participera également à la mise en place de liens solides entre ces derniers  et les décideurs. Bâtir des partenariats, partager les expériences des think-tanks africains est d’une grande importance selon Karim El Aynaoui, Directeur Général de l’OCP Policy Center, qui a souligné la nécessité de créer des espaces pour un dialogue approfondi et de qualité entre les think-tanks, les experts et les décideurs politiques afin de promouvoir le développement durable en Afrique ainsi qu’une coopération Sud-Sud forte.

Comment les think-tanks peuvent-ils intégrer les initiatives internationales et globales dans les plans de développement nationaux, soutenir leur application, leur suivi et leur évaluation ? La réponse à ces questions peut déterminer la vision et l’orientation des think-tanks africains dans un avenir proche, a ajouté M. Bartholomew Armah, Responsable du Renouvellement de la planification à la Commission Economique pour l’Afrique.

Pour plus d’information à propos de cette rencontre, prière de visiter:  www.ocppc.ma  ou suivez-nous sur Twitter (@OCPPolicyCenter; @CEA_ANcoms and @TTCSP).

 

Note aux rédacteurs :

LeProgramme TTCSP (Think Tanks and Civil Societies Program, www.gotothinktank.com) du Lauder Institute de l’Université de Pennsylvanie a pour mission de renforcer la capacité des think-tanks aux niveaux national, régional et mondial à soutenir les décideurs et les populations. Le TTCSP mène des recherches sur les relations entre think-tanks, politique, et politique publique, et soutient un réseau de près de 7000 think-tanks à travers le monde.

Mise en place par le Conseil Economique et Social de l’ONU (ECOSOC) en 1958, la Commission Economique pour l’Afrique (www.uneca.org) a pour mission de promouvoir le développement économique et social de ses 54 Etats membres, soutenir l’intégration régionale en Afrique et promouvoir la coopération internationale pour le développement du Continent.

L’OCP Policy Center (http://www.ocppc.ma) est un think-tank marocain qui contribue à l’enrichissement, à partir des pays du Sud, de la réflexion dans les domaines de l’économie et des relations internationales. Il apporte notamment une contribution de qualité à la mise en place de politiques en matière d’agriculture, environnement et sécurité alimentaire, économie et finance des matières premières, géopolitique et relations internationales.

 

Communiqué émis par :

Equipe de communication
Commission Economique pour l’Afrique

Bureau pour l’Afrique du Nord

Tel : +212 (0) 537 548 749

Email: hfilali-ansary@uneca.org; cea.an.coms@gmail.com