Le Secrétaire exécutif de la CEA félicite le Rwanda pour sa transformation et ce malgré les obstacles

Printer-friendly version

Kigali, le 19 décembre 2014 (CEA) - Le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique dit que les pays qui montrent une résilience pour transformer leurs économies doivent se lancer.

Prenant la parole lors du 12ième Dialogue national, plus connu localement sous le nom de «Umushyikirano», M. Carlos Lopes dit que souvent, les pays qui se sont développés ont du se créer leurs propres opportunités malgré les obstacles souvent difficiles à surmonter afin de changer le récit de leur développement économique et sociale.

M. Lopes indique que chaque pays doit trouver sa voie de  développement et identifier leur meilleur atout au cours du processus de transformation. «La prévisibilité peut être plus importante à un point, l'inclusion à un autre, la sécurité encore un autre. Beaucoup d'ingrédients font qu’un  développement est réussi, mais il n’y a ni gagnant ni perdant. C’est complexe et unique. Le Rwanda en est le parfait exemple.

Il rappelle que le succès est à la fois une responsabilité individuelle et collective et cite les différentes expériences de la Finlande, du Singapour et de l'Uruguay.

Il dit que les politiques mises en œuvre en Finlande peuvent être copiées par le Rwanda pour ses minéraux et ainsi le Rwanda peut suivre une trajectoire de transformation dans le secteur forestier comme en Finlande. Singapour montre une adversité, le début d'un voyage. L’Uruguay montre qu’on peut de manières inconnues réaliser de belles choses en étant petit.

M. Lopes souligne que le courage et la confiance sont de rigueur étant donné que les résultats attendus ne se matérialiseraient pas selon les délais escomptés. Selon lui, cela peut prendre des générations pour réaliser la transformation structurelle. Pour résister à l'épreuve du temps et maintenir le cap, il faut un pacte social solide entre les gouvernés et les gouvernants.

Il a ajouté que les relations entre «le gouvernant» (Le gouvernement) et les «gouvernés» (Le peuple) partagent de nombreuses similitudes que celles dans nos familles. «Les relations personnelles saines sont construites essentiellement sur le respect mutuel, la confiance, l'ouverture, le compromis et la volonté d'écouter ce que l'autre a à dire.

Le Président Paul Kagamé, déclare que Umushyikirano est important pour les Rwandais, car c’est l’occasion où les gens de toutes les couches sociales s’échangent des idées différentes sur ce qui affecte leur vie, leur pays et cherchent ensemble des solutions.

Umushyikirano est une initiative rwandaise parmi d’autres, présidée par le président et qui réunit des représentants des conseils locaux, la société civile et autres membres de la communauté rwandaise de débattre sur les questions relatives à l'état de la nation, l'état de l'administration locale et l'unité nationale.

Le mot «Umushyikirano» dans la langue locale désigne une réunion où les participants peuvent échanger des idées, partager leurs expériences et se poser des questions.

 

Publié par:

La Section des communications extérieures et des relations avec les médias Commission économique pour l’Afrique 
BP 3001 
Addis-Abeba (Éthiopie) 
Tél. +251 11 551 5826 
Adresse électronique : ecainfo@uneca.org