Liens, investissements et diversification dans le secteur minier africain : Le Ghana sous les projecteurs

Printer-friendly version

Le Cap, Afrique du Sud, le 13 février 2016 (CEA) – Les délégués Mining Indaba se sont vu offrir un aperçu de certains travaux révolutionnaires au Ghana, conçus pour dévoiler de nouvelles approches aux liens, investissements et à la diversification dans le secteur minier du pays lors du débat sur les liens le 8 février 2017.

La séance spéciale d’information Mining Indaba du 8 février 2017 partage les conclusions d’une nouvelle évaluation économique sur les liens et les processus d’approvisionnement internes au Ghana ; une séance dirigée conjointement par le Centre africain de développement miner (CADM) et l’Institut fédéral allemand de géosciences et de ressources naturelles (BGR). L’étude a été menée après que le Ghana ait reconnu la nécessité de lier en amont l’approvisionnement domestique,  diversifier la structure économique du pays, impliquer davantage le secteur privé local et renforcer ses ressources humaines et les capacités technologiques afin de créer une valeur durable de ses ressources minières.

Kojo Busia, modérateur de l’évènement et Coordonnateur par intérim du CADM, explique que cet initiative avec le Ghana aidera le pays à adapter le Projet Afrique « Extraction manière » à la vision minière spécifique du pays. Et ajoute que « la Vision minière du pays est l’heure de vérité pour la mise en œuvre dudit Projet. Le Ghana est un pays minier qui semble être arrivé à maturité et le pays a enfin l’occasion d’optimiser et d’apporter de la valeur ajoutée. Et cette transformation requiert que la dimension régionale soit étudiée ».

L’un des résultats probables de l’étude du Ghana est la possibilité de la mise en place d’un  programme de développement des fournisseurs nationaux, en partenariat avec l’industrie minière, les fournisseurs locaux et les gouvernementaux.

Utilisant l’expérience du Ghana comme un tremplin, l’évènement a également réuni des experts clés pour examiner le potentiel du secteur minier africain pour renforcer les liens, promouvoir l’investissement et rechercher la diversification afin de contribuer à la transformation économique dans un contexte plus large.

La séance, organisée en partenariat avec le BGR, s’est focalisée sur des possibilités concrètes de création de valeur au sein des liens en amont dans le secteur minier en Afrique.

Johannes Danz, chargé des programmes du domaine de l’extraction et du développement, à BGR, fait remarquer que la notion de produire localement doit aller au-delà des sociétés enregistrées localement et devrait inclure la production locale et la valeur ajoutée. Des produits coûteux devraient être l’intérêt des marchés locaux.

Edward K. Brown, Directeur du service consultatif en matière de politique du Centre africain pour la transformation économique (ACET) partage l’évaluation du Centre concernant la valeur ajoutée du contenu local dans 8 pays d’Afrique. Les résultats indiquent que comme de nombreux pays ont de très petits marchés, la mise en place de fabricants nationaux peut-être victim d’une demande limitée. Nous devons donc examiner au niveau régional dans la region de la CEDEAO.

Autres que Johannes Danz de BGR et Edward Brown de l’ACET, comme intervenants, il y avait également Tony Aubynn, Président-Directeur général de la  Commission des minéraux du Ghana, Abraham Workwui, Newmont, au Ghana, David Noko, Vice-Président du développement durable, à AngloGold Ashanti et Suleman Koney, Président-Directeur général de la Chambre des mines du Ghana.

 

Note aux rédacteurs :

  1. Le Projet Afrique « Extraction minière » : Adopté officiellement en 2009 par les chefs d’État africains, ledit Projet met les objectifs à long terme et diversifiés du développement de l’Afrique au cœur de l’élaboration de toute politique en matière d’extraction minière. C’est la mesure du continent pour lutter contre le paradoxe des pays riches en ressources minières qui coexistent avec la pauvreté, omniprésente.
  2. Le Centre africain de développement minier (CADM) travaille avec les États membres de l’Union africaine (UA) pour accélérer l’alignement de leur développement dans le secteur minier au du Projet Afrique « Extraction minière », afin d’obtenir de meilleurs résultats sur le plan du développement. Le CADM travaille actuellement avec plus de la moitié de tous les États membres de l’UA.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Daisy Leoncio,

Chargée de communication

Centre africain de développement minier

Leoncio@un.org ou visitez www.africaminingvision.org

 

Publié par:
La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : ecainfo@uneca.org