Vous êtes ici

La transition énergétique de l’Afrique appelle à des mesures pragmatiques pour maintenir la compétitivité du continent

15 juin, 2022
Africa’s energy transition calls for pragmatic measures to keep the continent competitive

La transition énergétique de l’Afrique appelle à des mesures pragmatiques pour maintenir la compétitivité du continent

Vera Songwe1, Damilola Ogunbiyi2 et Amani Abou-Zeid3

  1. Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique
  2. PDG et Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’énergie durable pour tous
  3. Commission des infrastructures et de l’énergie, Commission de l’Union africaine

Lors du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l’énergie en septembre 2021 - le premier dialogue de ce type depuis plus de quarante ans, le Secrétaire général de l’ONU - S.E. Antonio Guterres - dans, son allocution, a exhorté les pays à prendre des mesures urgentes pour éliminer rapidement la capacité de production d’électricité au charbon dans les pays de l’OCDE d’ici 2030 et dans le reste du monde d’ici 2040. M. Guterres a noté que des efforts doivent être faits pour garantir que « ... personne ne soit laissé pour compte dans la course à un avenir net zéro… » et que « … la transition énergétique mondiale doit être juste, inclusive et équitable… », tout en reconnaissant que « …aucune voie de transition énergétique nationale ne sera identique… » Même si l’ambition climatique de l’Afrique et la marche vers la neutralité en carbone doivent être implacables, la transition énergétique du continent ne peut être identique au reste du monde et nécessite des solutions pragmatiques.

Le contexte géopolitique actuel résultant de la crise en Ukraine a aggravé les effets considérables déjà ressentis par les pays africains en raison des répercussions socio-économiques augmentant le changement climatique et la pandémie de COVID-19. En particulier, la guerre en Ukraine a poussé les pays à redoubler d’efforts pour passer de l’énergie propre des combustibles fossiles à des formes d’énergie renouvelables et plus propres. Les pays européens repensent leurs plans et politiques énergétiques. Et il est de plus en plus possible d’utiliser davantage de centrales électriques au charbon en Europe, ce qui a une incidence sur les objectifs climatiques. Mais surtout, la crise provoque une forte hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires dans le monde, avec d’énormes répercussions sur les pays africains. La crise a poussé les pays européens à repenser leur stratégie énergétique et à rechercher de nouvelles sources de pétrole et de gaz pour remplacer les approvisionnements russes. Pendant ce temps, les prix des technologies d’énergie renouvelable ont connu de fortes augmentations, après de nombreuses années de baisse, à un moment où les pays africains ont besoin d’un plus grand déploiement de ces technologies. Cette situation appelle à renouveler la réflexion sur l’approche de l’Afrique en matière d’accès, de mix et de transition verte, y compris le rôle du gaz naturel dans ce processus.

La dynamique mondiale en faveur d’une transition verte et de neutralité en carbone présente pour les pays africains des risques et d’énormes opportunités. Dans le même temps, l’accès et la transition énergétiques de l’Afrique doivent être convaincants et doivent être définis et pris en charge par l’Afrique. Cela doit refléter la très faible contribution de l’Afrique aux émissions mondiales et se conformer à l’Accord de Paris qui reconnaît la nécessité pour les émissions des Pays en développement de mettre plus de temps à atteindre leur pic tandis que les pays développés doivent faire plus et de toute urgence. Cependant, la transition énergétique de l’Afrique doit également reposer sur l’exploitation des énormes opportunités en termes d’accès à l’énergie, d’emplois et de développement industriel en utilisant les ressources abondantes d’énergie renouvelable du continent.

Les programmes de développement mondiaux sont tous fondés sur le droit des peuples au développement durable et à l’éradication de la pauvreté. L’actualisation de ce droit et la sortie de centaines de millions d’Africains de la pauvreté nécessitent un accès généralisé à une énergie sûre, abordable et fiable. Cependant, la réalité est que la région reste la moins électrifiée du monde, avec un approvisionnement inadéquat, peu fiable et généralement coûteux, ce qui limite considérablement les ambitions de développement.

L’Afrique, représentant 17 % de la population mondiale, ne consommait que 3,1 % des plus de 26 823 térawattheures d’électricité produits et 3,3 % de l’énergie primaire consommée dans le monde en 2020, selon l’Analyse statistique de BP sur l’énergie mondiale. L’Agence internationale de l’énergie (IEA)  indique que la consommation électrique moyenne par habitant du continent n’est que d’environ 600 kilowattheures (kWh) par an, contre une moyenne mondiale de 3 200 kWh, et 6 100 kWh pour l’Union européenne (UE) et 4 600 kWh pour la Chine. En termes de centrales électriques, la capacité totale installée de l’Afrique d’environ 233 GW ne représente que 12 % de celle de la Chine.

Le changement climatique a déjà des effets disproportionnés sur les économies africaines, même si le continent a le moins contribué au réchauffement climatique, avec seulement 3.9 % des émissions mondiales de combustibles en 2020. En fait, hormis l’Afrique du Sud et les pays d’Afrique du Nord, le reste de l’Afrique ne contribue qu’à 1% de ces émissions.

Dans cette Décennie d’action pour atteindre les Objectifs de développement durable, la situation énergétique de l’Afrique appelle à des mesures ambitieuses et pragmatiques, sinon le continent accusera encore plus de retard d’ici 2030. Avec le soutien approprié, l’Afrique peut exploiter ses abondantes ressources énergétiques pour transformer ses économies et devenir un leader mondial de la croissance verte inclusive. Ce potentiel était une priorité qui figurait à l'ordre du jour de la table ronde ministérielle africaine qui s’est tenue lors Forum mondial SEforALL, à Kigali. Cette table ronde de 14 ministres de l’énergie et de l’environnement de 10 pays africains, animée par la République du Rwanda, s’est conclue par le communiqué de Kigali sur une transition énergétique juste et équitable en Afrique[1]. Cette priorité figurera également à l’ordre du jour du prochain Comité technique spécialisé sur l’énergie et les infrastructures, de la Commission de l’Union africaine et lors de la COP27 en Égypte.

Pour réaliser cette transformation énergétique, le gaz naturel est essentiel en tant que carburant de transition, car il est essentiel pour la charge de base requise pour intégrer les énergies renouvelables. La perspective d’un système énergétique solide et fiable, doté d’une grande flexibilité et capable d’intégrer des parts accrues d’énergies renouvelables variables (solaire, photovoltaïque et éolienne), est une incitation clé pour d’énormes investissements en Afrique. La flexibité du système  pourrait provenir des infrastructures de production, de transmission, de distribution et de stockage, ainsi que de la gestion de la demande pour intégrer des parts élevées d’énergies renouvelables. Les centrales électriques au gaz naturel peuvent offrir une flexibilité au système en étant capables de répondre rapidement aux changements de la demande dans des intervalles de temps très courts.

Le gaz naturel peut faciliter l’élimination progressive des combustibles fossiles plus polluants. Bien qu’il s’agisse en soi d’un combustible fossile qui contribue aux émissions de gaz à effet de serre, l’augmentation de son utilisation dans la production d’électricité permet aux pays africains d’éliminer progressivement les combustibles les plus polluants tels que le charbon, le diesel, le fioul lourd (HFO) et la biomasse traditionnelle, tout en mobilisant davantage d’énergies renouvelables. Il existe actuellement environ 34 GW de capacité de centrales électriques au pétrole et au charbon en Afrique qui ont plus de 40 ans et qui doivent donc prendre leur retraite anticipée. Il est possible de passer du charbon et du fioul lourd au gaz naturel en utilisant les infrastructures existantes pour fournir une énergie plus respectueuse du climat. De plus, le torchage continu du gaz naturel associé à l’extraction de pétrole ne fait que gonfler les émissions de GES sans aucun retour sur le développement. À l’échelle mondiale, la quantité de gaz torché chaque année - estimée à 142 milliards de mètres cubes - pourrait alimenter toute la région de l’Afrique subsaharienne.

L’augmentation de la part du gaz dans le mix énergétique de l’Afrique n’augmentera que marginalement sa part des émissions mondiales à 4,5 % en 2040, tout en permettant une plus grande part de l’énergie solaire et éolienne qui serait autrement possible. En outre, le gaz naturel en tant que carburant de transition est essentiel pour relever l’énorme défi du manque d’accès à une cuisson propre au GPL. Plus de 80 % des Africains n’ont pas accès à une cuisson propre. Cela affecte principalement les femmes et les filles et entraîne chaque année environ 500 000 décès prématurés inutiles liés à la pollution intérieure due aux solutions de cuisson sales.

Le gaz naturel offre donc des solutions gagnant-gagnant pour l’accès à l’énergie, la cuisson propre, de meilleurs emplois et l’ambition climatique. Des producteurs tels que l’Algérie, le Ghana, le Mozambique, le Nigéria, le Sénégal et le Soudan incluent l’utilisation du gaz naturel dans leurs Contributions déterminées au niveau national (NDCs). Les garanties de l’Accord de Paris constituent la base de la justice climatique et d’une transition juste pour les pays africains ainsi que pour les autres pays où les efforts de développement sont fortement limités par le changement climatique, les contextes géopolitiques mondiaux et l’absence d’un soutien international significatif.

Investir dans le gaz dans le cadre d’une transition juste vers un développement plus durable et résilient au climat est d’une importance vitale pour la poursuite par l’Afrique du développement durable et de l’éradication de la pauvreté, en particulier avec l’augmentation du nombre de producteurs de gaz africains, qui sont passés de 11 en 1990 à 29 en 2019. Pendant ce temps, la Chine met en ligne davantage de centrales électriques au charbon pour atteindre le pic d’émissions d’ici 2030 et est en même temps le leader mondial du déploiement de l’énergie éolienne et solaire. L’Allemagne qui éliminera progressivement le charbon d’ici 2038 et mène l’Europe dans son utilisation des énergies renouvelables. Les pays africains ont besoin de stratégies de transition similaires qui les aident à lutter contre les déficits énergétiques tout en renforçant l’action climatique de manière juste.

L’Afrique doit surmonter de toute urgence les défis pour débloquer le gaz et faire de ce dernier un carburant de transition essentiel pour sa « renaissance » économique, son accès à l’énergie, son industrialisation, son ambition climatique et sa relance après la COVID-19. En particulier, les pays africains disposant de gaz naturel doivent préparer des plans de transition juste dans le cadre des CDN révisées et travailler sur une stratégie à l’échelle du continent pour une transition juste et des investissements transformateurs dans le gaz qui suscitent davantage d’énergies renouvelables à la vitesse et à l’échelle.

Ceci est particulièrement critique face à la crise ukrainienne en cours, qui a créé une incertitude sur le marché du gaz déjà en plein essor en Europe. Le marché du gaz africain a la possibilité de se développer pour combler cette lacune et desservir les marchés nationaux et internationaux. L’Afrique, avec ses riches réserves de gaz, devrait attirer des investissements pour réaliser cette renaissance.

La crise ukrainienne, la pandémie de COVID-19 et les crises climatiques placent l’Afrique à un nouveau tournant de développement à partir duquel, avec le leadership et le soutien appropriés dans la définition et la conception de son mix énergétique, elle peut poursuivre ses aspirations de développement pour une Afrique pacifique et prospère qui ne laisse personne pour compte, tout en contribuant à contenir le changement climatique.


[1]https://www.mininfra.gov.rw/index.php?eID=dumpFile&t=f&f=44024&token=c9d...