L'Afrique doit résoudre ses problèmes d'énergie pour accélérer et soutenir la croissance, déclare Songwe de la CEA

Printer-friendly version
Addis-Abeba, 4 décembre 2017 (CEA) - L'Afrique ne sera pas en mesure d'accélérer et de soutenir la croissance sans un accès adéquat à l'énergie, a déclaré Vera Songwe, secrétaire exécutive de la commission économique pour l'Afrique.
 
Dans ses remarques à la douzième conférence économique africaine qui s'est ouverte lundi à Addis Abeba, Mme Songwe a déclaré qu'une infrastructure énergétique sous-développée et une demande croissante pourraient aider à attirer davantage d'investissements du secteur privé et à accélérer le développement énergétique.
 
« Cependant, pour cela, nous devons améliorer les processus de gouvernance pour les contrats et les licences afin d'assurer des prix abordables aux populations, améliorer la gouvernance des services énergétiques dont la plupart sont sous performants et surtout améliorer la gouvernance de nos institutions de pool d'énergie régionales, » dit-elle.
 
Plus de 600 millions de personnes n'ont actuellement pas accès à l'énergie en Afrique, une situation que le chef de la CEA dit ne peut pas être autorisé à continuer. Selon un rapport récent, l'Afrique subsaharienne ne compte que 300 000 km de lignes électriques, contre plus de 10 millions dans l'union européenne.
 
« L'accès à l'énergie n'est pas dû au manque de ressources », a déclaré Mme Songwe aux délégués participant à la conférence de haut niveau.
 
Elle a déclaré qu'avec les principales ressources hydroélectriques de l'Afrique, le continent pourrait produire plus de 283 gigawatts d'énergie et s'assurer que sa population a accès à l'énergie.
 
Mme Songwe a également parlé de l'agriculture sur le continent, disant aux délégués que 40 à 65% de la population active en Afrique est aujourd'hui engagée dans ce secteur, la plupart étant des femmes.
 
Cependant, a-t-elle dit, les processus de gouvernance régissant l'agriculture en Afrique présentaient toujours des faiblesses.
 
« Les droits fonciers ne sont pas garantis, le processus d'achat d'intrants tels que les engrais et autres intrants reste hautement politique dans de nombreux pays, minant la productivité du secteur et la rentabilité », a déclaré Mme Songwe.
 
Elle a déclaré que le cadre de politique macroéconomique approprié était essentiel pour le continent afin de favoriser la transformation structurelle.
 
« La nécessité d'accorder la priorité au financement du développement est tout aussi importante. S'il est réconfortant de constater que les efforts de mobilisation des ressources intérieures de l'Afrique se sont améliorés au cours de la dernière décennie, le continent doit en faire plus », a déclaré le chef de la CEA.
 
Les estimations des besoins de financement de l'Afrique sont énormes, a-t-elle dit, environ 93 milliards de dollars par an pour financer le déficit d’infrastructure ; environ 60 milliards de dollars américains ou plus pour financer les ODD ; 50 milliards de dollars par an pour couvrir le coût de l'adaptation au climat ; et 25 milliards de dollars par an pour parvenir à un accès universel à l'énergie.
 
« Le financement total est donc important. Nous savons également que les besoins de financement de l'Afrique dépassent ses capacités actuelles en raison de la faiblesse de l'épargne domestique, des marchés financiers superficiels, de la faiblesse de l'intermédiation financière, du vaste secteur informel, des transferts illicites de fonds et des problèmes de gouvernance et de gestion financière publique » a déclaré Mme Songwe, ajoutant qu'afin d'atteindre les ODD, les stratégies de financement du développement doivent aller au-delà du comblement des déficits de financement.
 
« Bien que l'aide publique au développement reste une source essentielle de financement public externe pour les pays les plus pauvres et les plus vulnérables, elle ne suffira pas. Une mobilisation efficace des ressources domestiques sera au cœur du financement du développement durable. »
 
Mme Songwe a également évoqué « les effets pervers des flux financiers illicites sur les économies africaines » qui, selon elle, continuent à réduire la capacité du continent à investir dans l'éducation, la santé, la science, la technologie et les infrastructures pour atteindre son objectif d'industrialisation.
 
L'Afrique perd 100 milliards de dollars par an pour des flux financiers illicites représentant environ 4% du PIB du continent.
 
« A ce titre, le renforcement de l'architecture institutionnelle destinée à faire face à ces flux doit être une priorité pour le continent », a-t-elle déclaré.
 

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique 
BP 3001 
Addis-Abeba (Éthiopie) 
Tél. +251 11 551 5826 
Adresse électronique : eca-info@un.org