Muhwava, de la CEA, exhorte l’Afrique à investir dans sa jeunesse

Printer-friendly version

Addis-Abeba, le 4 octobre 2017 (CEA) - Les jeunes peuvent être des éléments déterminants pour des changements socioéconomiques positifs en Afrique, si des investissements appropriés sont faits pour libérer leur potentiel d’innovation et devenir des citoyens productifs, affirme William Muhwava, Chef de la Section de la population et de la jeunesse, de la Division de la politique de développement social, de la Commission économique pour l’Afrique.

Dans un exposé sur la démystification du concept du dividende démographique en Afrique dans un atelier sur les options politiques pour les jeunes en Afrique et les instruments interrégionaux en matière de politique pour la jeunesse, à Addis-Abeba, M. Muhwava déclare que l’explosion de la jeunesse peut se transformer en cauchemar, si celle-ci n’est pas correctement exploitée.

« Ceci est à l’avantage de la jeunesse et cela peut être un passif si ces jeunes ne sont éduqués, qualifiés, en bonne santé et sans possibilités d’emploi », précise-t-il, ajoutant que les jeunes peuvent également être des éléments de troubles sociaux s’ils sont désespérés et désabusés par leurs contextes économique et politique.

M. Muhwava déclare qu’il est crucial pour le continent d’investir dans le développement du capital humain ; les réformes économiques, la promotion de la bonne gouvernance et la responsabilité comme moyen de garantir que les besoins des jeunes sur le continent ont été abordés et avec leur participation.

Il indique que l’Afrique peut bénéficier du dividende démographique s’il investit dans sa jeunesse.

« Des jeunes en bonne santé, éduqués, productifs et engagés peuvent aider à briser le cycle de la pauvreté intergénérationnelle et sont plus résistants face aux défis individuels et sociétaux », fait savoir M. Muhwava.

En tant que citoyens compétents et informés, ils peuvent contribuer pleinement à leurs communautés et à leurs nations, ajoute-t-il.

M. Muhwava dit aux participants, y compris aux experts en charge des questions de jeunesse et aux représentants des États membres, que garantir une croissance suffisante de l’emploi et une qualification de la main-d’œuvre de la jeunesse en Afrique sont également essentielles pour assurer une croissance durable à long terme en Afrique.

Le dividende démographique est le bénéfice économique découlant d’une augmentation significative du ratio d’adultes en âge de travailler par rapport aux jeunes personnes à charge et est exploité par les politiques sociales.

M. Muhwava précise que le dividende démographique n’est pas automatique et requiert un certain nombre d’éléments clés, y compris une structure favorable de la population par l’âge ; une importante population en âge de travailler ; une petite population dépendante ; des investissements dans l’éducation ; un cycle de l’enseignement primaire et secondaire terminé, en particulier pour les filles ; un marché du travail solide et des politiques économiques et le plus important, une bonne gouvernance.

« Pour exploiter le dividende démographique, les économies africaines doivent développer plus rapidement et créer de nombreux emplois pour la main-d’œuvre jeune en croissance rapide », mentionne-t-il, ajoutant que c’est formidable que l’Agenda 2063 de l’Union africaine souligne l’importance d’exploiter la valeur d’une population africaine jeune pour son développement.

Les participants discutent de la nécessité pour les pays africains d’élaborer des politiques nationales et sociales inclusives et durables, y compris des instruments en matière de politique pour la jeunesse élaborée par la CEA et ses partenaires.

 

Publié par:

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : ecainfo@uneca.org